Habiter Home/ Penseur solitaire

©Jean Le Peltier
Compagnie Ives et Pony
Bruxelles, Nantes

Théâtre
24.05.21 — 28.05.21

Partenaires

L'atelier 210 à Bruxelles (BE), Le TU – Théâtre, Universitaire à Nantes (44), Bain Public à Saint-Nazaire (44), en cours

Création

Mars 2023

Site web

ivesandpony.com

Habiter Home/ Penseur solitaire

Qui n’a jamais eu, au moment de se coucher et d’éteindre la lumière, le cerveau en pleine ébullition ? Vie intérieure riche pour certain.es, ruminations pour d’autres, ou les deux à la fois, c’est ce que Jean Lepeltier propose d’ausculter pour cette nouvelle création.

Note d’intention :

« Habiter Home sera un spectacle. La matière principale de ce spectacle tournera autour des « conversations intérieures ». Cet endroit de parole où se développent nos idées, se déploie la répétition de nos conversations à venir, errent les histoires que l’on se raconte ou que l’on nous a raconté. C’est un espace de parole que nous utilisons tous sans le partager jamais vraiment. Le temps d’un spectacle, ce sera l’occasion de l’explorer ensemble. Pour que ce soit un peu moins abstrait, je travaille sur trois axes de paroles intérieures : la parole intérieure qui nous rassure (Rosetta), la parole intérieure qui juge les autres (Rousseau), la parole intérieure qui nous hante (Napoléon).

De façon expéditive, j’avance que ces trois types de parole, que j’associe à des personnages de fictions ou historiques, ont comme point commun de mettre en place un équilibre entre notre sensibilité et la réalité. Et cet équilibre, puisqu’il n’engage qu’une conversation avec nous-mêmes, penche souvent du côté de notre sensibilité. Autrement dit, du côté Romantique de nous-mêmes. Le Romantisme sera donc le fil dramaturgique de la pièce et en particulier le romantisme politique.

L’idée est d’aller chercher dans le XIXe européen les traces de ce courant, en commençant par les rêveries du promeneur Rousseau, puis en passant par la narration de l’empire de Napoléon et en finissant par Raimbault, dégoutté à la fin du XIXe, qui décide de répudier la beauté dans « Une saison en enfer ». La destination du spectacle sera donc d’observer ensemble comment notre sensibilité est un terrain fertile de conscience sensible du monde et de voir comment l’échange entre cet espace l’hyper-personnel et le commun du réel a besoin d’une traduction et quelle traduction. »

Auteur/interprète : Jean Le Peltier

(lire+)