Chien.ne, anatomie d’une violence (création en cours) – des mots et de la boxe

21.06.21 — 25.06.21

Une semaine de recherche qui s'annonce rythmée!

Chien.ne, anatomie d’une violence (création en cours) – des mots et de la boxe

L’écriture du prochain spectacle de Groupe Chiendent débute. Pendant cette résidence, le duo expérimentera la rencontre entre parole scandée et gestuelle de la boxe, entre poésie et brutalité. Une histoire à suivre!

Julien a pratiqué la boxe anglaise pendant quinze ans et a effectué une cinquantaine de combats amateurs. Il a renoncé à une possible carrière de boxeur professionnel pour faire du théâtre. La boxe lui est apparue à l’âge de quinze ans comme une porte d’accès vers la maîtrise de son corps et de ses émotions. A travers la boxe il se crée aussi une place au milieux de groupes masculins où règne la loi du plus fort. Ce sport vient à la fois le façon-ner dans sa virilité, et lui donne les clés pour faire face à la violence de son entourage, se-lon le vieil adage « marche ou crève ».

Nadège s’est mise à écrire pour répondre à la violence idéologique de son père, son dé-goût et sa peur des femmes, et l’autoritarisme à travers lequel il avait fondé ses quelques principes de paternité. Les mots ont été une porte de sortie, une réponse silencieuse à ce confinement mental devant lequel elle se sentait acculée. Le verbe est venu (entre autre) comme une réponse, elle-même violente, à la violence du patriarcat.

(lire+)